h1

Guérison et améthyste. Stanislav Grof, extrait de Quand l’Impossible Arrive

7 avril 2009

Grof, Quand l'impossible arriveGrof raconte un entretien avec Swami Muktananda à l’issue duquel celui-ci il offrit au docteur Grof et à son épouse Christina deux améthystes qu’il leur demanda de sertir.

Au début de cette rencontre, il nous offrit à chacun un châle de méditation et une magnifique améthyste foncée. Puis, rompant son silence, il nous recommanda de faire sertir ces améthystes dans de l’or et d’en faire des bagues. Il souligna l’importance de les porter en permanence. Au moment de nous séparer, Baba nous surprit en prononçant cette phrase énigmatique : « Rentrez chez vous et continuez de travailler avec les gens ! Je vous aiderai. Vous faites mon travail ! » Et il nous fit signe de partir. Ce fut la dernière fois que nous vîmes Baba ; tout ce qui nous restait était le souvenir de cet être humain remarquable et du jeu de la conscience qu’il incarnait. […]

Deux semaines plus tard, juste avant de partir pour la France, première étape d’une tournée européenne, nous sommes passés les récupérer sur le trajet de l’aéroport. Notre premier atelier à Paris était un week-end de respiration holotropique, auquel participaient une trentaine de personnes. Tous les membres du groupe étaient assis en cercle, chacun se présentant l’un après l’autre; quand vint le tour de Simone, elle parla des fortes douleurs chroniques dans le ventre dont elle souffrait, qui la gênaient considérablement dans sa vie quotidienne ; des examens médicaux répétés n’avaient rien pu détecter. Puisque ce problème semblait être psychosomatique, elle espérait que le travail de respiration l’aiderait à en comprendre l’origine.

Impatiente de commencer son exploration intérieure, elle demanda à son partenaire à respirer la première. Son processus fut très intense, s’accompagnant de beaucoup de pleurs et de luttes physiques. Au bout d’une heure environ, elle se mit à émettre des sons très forts et pria son partenaire de m’appeler. Elle me confia que ses douleurs dans le ventre s’étaient intensifiées et me demanda si je pouvais y remédier. Dans ces cas-là, notre approche habituelle consiste à intensifier la douleur par une pression externe et à inciter la personne à exprimer ce qu’elle ressent. Je demandai donc à Simone de tendre son ventre et j’exerçai une pression sur la zone douloureuse avec la main droite, à laquelle je portais ma bague avec l‘améthyste, en l’encourageant à exprimer pleinement ce que cette intervention suscitait en elle par des sons et des mouvements.

crédit photo: alpinisme et minéraux

De son ventre tendu, Simone poussait contre ma main, et son visage trahissait une tension de plus en plus forte. Elle retint sa respiration et son visage vira au violet. Soudain, elle poussa un cri à vous glacer le sang, comme je n’en avais jamais entendu de toute ma vie. Puis elle se mit à respirer normalement, se détendit profondément et un sourire de béatitude vint illuminer son visage. Un peu plus tard, elle me confia qu’elle ne ressentait plus aucune douleur, pour la première fois depuis des années. Le soir, quand le groupe se réunit pour le partage, elle raconta ce qui s’était passé pendant la séance.

Au début, elle avait revécu plusieurs souvenirs de sa vie postnatale impliquant des douleurs dans le ventre, y compris des abus sexuels répétés, commis par un proche. Puis l’expérience s’était approfondie et l’avait ramenée au souvenir de sa naissance biologique. En revivant sa difficile traversée du canal pelvi-génital, elle avait compris que ses douleurs abdominales étaient en partie liées au malaise atroce qu’elle avait ressenti comme foetus luttant pour naître. Tandis que la séance se poursuivait, Simone avait commencé à visualiser des scènes de l’histoire de l’humanité comportant de la violence et des abus sexuels. C’est à ce moment-là qu’elle avait décidé de m’appeler, parce que la douleur ne cessait de croître, et elle approchait rapidement des limites de ce qu’elle pouvait endurer.

 

« C’était incroyable, quand vous avez commencé à appuyer sur mon ventre » dit-elle. ac3ultwca5hpchica3si08tcayqvkybcaxjkqw9cavfydohca14o97jca44dq52ca7wzx4jcacnyyrucazbhe0gcamzqa8acaw8h8ooca10eaa1caqmf8l4cayqs9bacamw259ncac4yuq9capjih8ycaug8vkmLa douleur s’intensifiait à chaque instant et devenait absolument intolérable. Mais je ne voulais pas lâcher et j’étais résolue à tenir bon. À un moment donné, cette douleur n’était plus uniquement la mienne ; c’était toute l’humanité qui souffrait ! Puis, tout explosa et il y eut une lumière d’un bleu profond, d’une beauté indescriptible. Et dans cette lumière est apparue l’image de ce gourou indien dont les photos sont partout à Paris. Il portait des lunettes noires et un bonnet de laine rouge, et tenait à la main un bouquet de plumes de paon. »

Quelques semaines avant notre arrivée à Paris, le successeur de Muktananda, le jeune Nityananda, était venu dans la capitale pour conduire une retraite. Les affiches encore visibles sur de nombreux murs et piliers de toute la ville, le représentaient avec son maître. Christina sortit une photo de Swami Muktananda qu’elle avait dans son portefeuille et la montra à Simone, avec un regard interrogateur. « Oui, c’est bien lui : un drôle de type !, confirma-t-elle, avant d’ajouter : Mais mon expérience avait un lien avec votre améthyste. La lumière bleue semblait sortir tout droit de cette bague ! »

Il était intéressant de voir que Simone associait l’effet thérapeutique de sa séance non seulement à l‘améthyste et à Swami Muktananda, de qui elle provenait, mais aussi à la couleur bleue. Comme je l’ai dit plus haut, les visions de la Lumière Bleue et de l’Être Bleu jouent un rôle important dans le Siddha yoga et sont de très bon augure. Simone me recontacta quelques années plus tard, lors d’un autre atelier en France, et me fit part des suites de son vécu ; depuis cet atelier à Paris, sa douleur avait disparue.

 

Extrait de Quand l’impossible arrive, aventures des faits non-ordinaires, de Stanislav Grof, éditions Guy Trédaniel. Traduction Olivier Clerc.

Pour lire davantage d’extraits du docteur Stanislav Grof, voir la catégorie Grof de ce blog

 

Crédit photo http://www.swamimuktananda.com.au

Publicités

2 commentaires

  1. […] améthyste foncée. Puis, rompant son silence, il […]      par Guérison par une améthyste. Stanislav Grof, extrait de Quand l’Impossible Arrive « L&#… 7 avril 2009 at […]


  2. […] les articles Le SIDA et le concept des maladies incurables ( Abraham-Hicks) , de la Guérison, Guérison par une améthyste, Stanislav Grof , Solutions à la DMLA, docteur Bates, Faire du […]



Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :