Posts Tagged ‘énergies’

h1

Guérison et améthyste. Stanislav Grof, extrait de Quand l’Impossible Arrive

7 avril 2009

Grof, Quand l'impossible arriveGrof raconte un entretien avec Swami Muktananda à l’issue duquel celui-ci il offrit au docteur Grof et à son épouse Christina deux améthystes qu’il leur demanda de sertir.

Au début de cette rencontre, il nous offrit à chacun un châle de méditation et une magnifique améthyste foncée. Puis, rompant son silence, il nous recommanda de faire sertir ces améthystes dans de l’or et d’en faire des bagues. Il souligna l’importance de les porter en permanence. Au moment de nous séparer, Baba nous surprit en prononçant cette phrase énigmatique : « Rentrez chez vous et continuez de travailler avec les gens ! Je vous aiderai. Vous faites mon travail ! » Et il nous fit signe de partir. Ce fut la dernière fois que nous vîmes Baba ; tout ce qui nous restait était le souvenir de cet être humain remarquable et du jeu de la conscience qu’il incarnait. […]

Deux semaines plus tard, juste avant de partir pour la France, première étape d’une tournée européenne, nous sommes passés les récupérer sur le trajet de l’aéroport. Notre premier atelier à Paris était un week-end de respiration holotropique, auquel participaient une trentaine de personnes. Tous les membres du groupe étaient assis en cercle, chacun se présentant l’un après l’autre; quand vint le tour de Simone, elle parla des fortes douleurs chroniques dans le ventre dont elle souffrait, qui la gênaient considérablement dans sa vie quotidienne ; des examens médicaux répétés n’avaient rien pu détecter. Puisque ce problème semblait être psychosomatique, elle espérait que le travail de respiration l’aiderait à en comprendre l’origine.

Read the rest of this entry ?

Publicités
h1

Faire du Yoga

22 mars 2009

 

« Faire du Yoga »

 

Ces articles sont une introduction au Yoga. Ils proposent en outre des adresses de formation et  pour prendre de bons cours de Yogasana et Pranayama ainsi que des livres sur le Yoga pour aller plus loin.

On entend souvent la phrase « Je vais à mon cours de Yoga ». En fait, en Occident, ce mot a pris le sens de celui d’exercices physiques plus ou moins relaxants, plus ou moins excentriques destinés au bien-être du corps et de l’esprit.

Cependant le mot Yoga vient d’un terme sanskrit qui signifie joindre atteler additionner. « Faire son Yoga » signifie donc parvenir à un état d’union, de connexion. Connexion et union entre quoi et quoi ? Entre soi et Soi, entre le moi et la Conscience Universelle et Cosmique, entre l’Energie de la Création. Mais pour faire son Yoga nous n’avons pas besoin de cours : « on peut jouer au foot et faire son yoga, ou encore faire la cuisine et faire son yoga » se plait à dire mon maître de Yoga et Ayurvéda Ajit-Da Sarkar (pour en savoir plus sur la formation et le parcours de cette personne www.vellai-thamarai.com ) . Il est dit de Swami Muktananda Gourou du  Siddha Yoga à Miami qu’il adorait faire la cuisine, grande occasion pour lui de vivre dans son présent. Voici quelques aphorismes de Sri Aurobindo 1872-1950 qui eut la révélation de son Yoga Intégral :

  

Sri Aurobindo

Sri Aurobindo

  « Rechercher l’unité dans la diversité et non dans l’uniformité » 

«Le but du Yoga est d’ouvrir la conscience au Divin et de vivre de plus en plus dans la conscience intérieure, tout en agissant sur la vie extérieure à partir de cette conscience ; d’amener l’être psychique profond au premier plan et, par le pouvoir du psychique, de purifier et de changer l’être afin qu’il soit prêt pour la transformation et uni à la Connaissance divine, à la Volonté divine, et à l’Amour divin ».

« Toute la vie est un yoga »

 

 

Read the rest of this entry ?

h1

Ce qui aurait pu se passer n’aurait pas pu se passer (sinon ça se serait passé)

17 mars 2009

 

Traduction libre de the Complete Course of Alaska 11 CD

 

Lorsque vous utilisez votre système de guidage clairement, lorsque vous prêtez attention à une chose, vous pouvez savoir à la manière dont vous vous sentez si vous trouvez là où vous voulez être. Lorsque vous êtes en contact avec qui-vous-êtes véritablement, votre impulsion sera d’aller quelque part parce que c’est bien, mais non de fuir quelque chose que vous n’aimez pas.

Lorsque vous êtes vraiment connecté, vous vous retrouvez à éviter des choses que vous ne voulez pas, mais vous n’êtes même plus conscients que vous êtes en train de les éviter.
Jerry et Esther se souviennent d’un jour, où ils se trouvaient sur un carrefour dans la ville de San Antonio qu’ils ne connaissaient pas. Ils étaient sur une autoroute en construction et s’apprêtaient à tourner à gauche. Jerry a eu une forte impulsion de partir, car la circulation était dégagée ; cette impulsion fut suivie d’une impulsion soudaine, très puissante, de rester. A ce même instant Esther dit « Reste où tu es ». Et alors une voiture qui roulait à 200km heure apparut sur leur gauche, cette voiture leur aurait foncé dessus, s’ils avaient tourné.

Il leur arrive de moins en moins d’impulsions de la sorte, comme ils sont connectés à leur être véritable, ces deux vibrations [bonheur-plénitude et catastrophe-danger ]sont par trop éloignées.

Une autre fois ils étaient sur la route, à un carrefour, et les feux restaient rouges sans passer au vert. Jerry regarde partout et dit « Je ne vois aucune raison de rester ici, et toi ? »  Esther n’en voyait pas non plus. Alors un train fonça sur l’endroit où ils s’étaiet trouvés à attendre. Les yeux du conducteur étaient aussi grands que des casseroles!  Une fois que Jerry a eu l’impulsion de partir, nous lui avons indiqué alors de partir très très vite… Et finalement que vous échappiez à un train à un un mille ou à un millimètre, vous l’évitez quand même, n’est-ce pas ?

 

En dehors de ce message sur l’évitement d’un danger, ici Abraham nous rassure  aussi quand à l’usage des conditionnels et des futurs antérieurs : ce qui aurait pu se passer, si … bref des formes hypothétiques.

Il y a une autre option lorsqu’il s’agit d’une histoire possible: en choisir une belle et positive qui débute par « ne serait-ce pas merveilleux si… » et non par le scénario catastrophe.

Lorsque quelqu’un vous dit « tu te rends compte de ce qui aurait pu se passer si j’avais pas été là / si cette personne ne t’avait pas aidé/ si tu n’avais pas eu cette info/ si ton réveil n’avait pas sonné » bref les phrases de ce type là. Au futur antérieur ou au conditionnel ou avec un si.

Ces phrases n’ont pas de fondement : elles se fondent sur une probabilité qui aurait pu avoir lieu dans ce qui est déjà le passé mais qui n’a pas eu lieu. Elles ne font que planter des graines de peur. Sous leurs airs bienveillants, il peut s’agir de phrases qu’une personne qui cherche à prendre le pouvoir sur vous,  en vous affaiblissant, peut employer : « tu as eu de la chance tu aurais pu te faire violer » ( donc reste à la maison ne sors plus maintenant, reste avec moi, tout est plus sûr)

Read the rest of this entry ?

h1

Qu’un bon professeur est un pédagogue

8 mars 2009

 

 

« L’âme ne branle qu’à crédit, contrainte et liée à l’appétit d’autrui » ( c’est seulement en mettant les gens en confiance qu’on peut les faire changer : sinon l’ego résiste. Il est important de noter le mot âme, entité qui est traditionnellement opposée à ego) Montaigne, Essais, « De l’Education des Enfants »

·         La Mère (M. Alfassa) qui gérait et organisait l’Ashram Sri Aurobindo, Pondicherry : Ce texte est destiné à guérir les causes de la souffrance.

 sri-aurobindo-the-mother

                 « Combien de gifles sont nécessaires dans la vie pour que l’on sache au plus profond de soi que l’on n’est rien, que l’on ne peut rien faire, que l’on n’existe pas, que l’on n’est rien, et qu’il n’y  pas d’entité sans la Conscience divine et la Grâce. A partir du moment où l’on sait cela c’est fini, toutes les difficultés disparaissent. Lorsqu’on le sait entièrement et que plus rien ne résiste … mais cela prend longtemps … »

in un recueil de textes Suffering it’s cause and cure publié par l’Ashram Aurobindo

J’ai souligné les tournures grammaticalement négatives destinées à nous faire éviter tous les ennuis

·         Voici le même contenu par Abraham :

Nous voulons que vous compreniez que la Source dont vous parlez est toujours en vous. Vous ne pouvez pas vous en détacher. Vous pouvez vous en éloigner, mais la Source qui est en vous est toujours en vous, et vous pouvez dire à la manière dont vous vous sentez dans quelles mesures vos pensées présentes permettent la complétude de la Source . […]Nous n’avons qu’un seul message : vous êtes bons, soyez heureux.  In,  L’argent et la Loi de l’Attraction

Read the rest of this entry ?

h1

Le concept de « maladies incurables »: le SIDA. les Enseignements d’Abraham, par Esther et Jerry Hicks

4 mars 2009
 

argent-loi-attraction

Etsher et Jerry Hicks L'argent et la Loi de l'Attraction

Extrait de l’Argent et la Loi de l’Attraction d’Esther et Jerry Hicks paru en septembre 2009 aux Editions Guy Trédaniel. Traduction Eva Guerda

 

Examinons le concept des maladies « incurables »

 

Jerry : La plus récente des maladies dites «incurables » est le SIDA, et cependant nous commençons maintenant à voir des survivants du SIDA, des personnes qui ont vécu bien plus longtemps que ce qu’on leur avait prédit. Qu’est-ce que vous proposeriez à quelqu’un qui est déjà atteint du SIDA et qui à présent veut de l’aide.

 

Abraham : Tout organisme physique, quel que soit son état de détérioration peut parvenir à la santé parfaite… Mais ce que vous permettez dans votre vie dépend de ce que vous croyez. Si vous avez été convaincu que quelque chose est incurable – voilà qui est « fatal »- et lorsqu’on vous dit que vous êtes atteint de cette maladie, généralement votre croyance sera que vous ne survivrez pas… et effectivement vous ne survivrez pas.

Mais votre survie n’a rien à voir avec la maladie,  en revanche elle a tout à voir avec vos pensées. Et ainsi, si vous vous dites : il se peut que cela soit vrai pour les autres mais pas pour moi car je suis le créateur de ma vie, et en cet instant-ci je choisis le rétablissement, et non la mort … alors vous pouvez vos rétablir.

Ces mots sont faciles à dire pour nous, mais ils sont difficilement entendus par ceux qui ne croient pas en leur pouvoir de créer ; mais votre expérience reflète toujours l’équilibre de vos pensées. Votre expérience est un indicateur clair de vos pensers. Lorsque vous changez vos pensers, votre expérience, ou indicateur, doit changer aussi. C’est la Loi.

Read the rest of this entry ?

h1

Les désirs sont-ils vraiment « la racine de tout mal?

20 février 2009

Comparez Abraham à l’axiome : « les désirs sont la racine de tout mal »  phrase que l’on sort de son contexte à savoir : le  Bouddhisme , les Védas ou lorsque l’on cite Gandhi. Ici Abraham reprend remet les choses dans leur contexte et établi des distinction utiles et lucides.

J’attends vos réactions avec impatience!!!

Voir à ce sujet le nouveau livre  d’Abraham-Hicks, Réalisez vos Désirs en vente d’ores et déjà, heureusement,  en français . Vous y trouverez des 365 aphorismes ou axiomes clefs qui vous donneront de la force et qui vous aideront à vous recentrer! un outil génial pour bien démarrer la journée!

Réalisez vos Désirs, Abraham Hicks, traduction Olivier Clerc

Réalisez vos Désirs, Abraham Hicks, traduction Olivier Clerc

Voici un extrait de l’Argent et la Loi de l’Attraction des mêmes auteurs à paraître aux éditions Trédaniel en français.

 

Je suis guidé vers ce que j’aime

 

Abraham : Le seul chemin vers la vie que vous désirez est celui du chemin de la résistance moindre, ou chemin de plus grande permission : permission de votre Connexion à votre Source, à votre Etre Intérieur, à qui-vous-êtes-véritablement, et à tout ce que vous désirez. Et cette permission vous est indiquée sous la forme d’émotions agréables. Si vous permettez que votre priorité soit de vous sentir bien, alors à chaque fois que vous avez une conversation qui n’est pas en harmonie avec la santé que vous désirez, vous vous sentirez mal, et ainsi vous serez alertés de votre résistance… ainsi vous pouvez choisir une pensée qui vous procure un plus grand bien-être, et vous vous remettrez sur la bonne voie. A chaque fois que vous éprouvez une émotion négative, cela signifie que votre Système de Guidage est en train de vous alerter qu’en ce moment-même, vous êtes en train de proposer une pensée de résistance au Courant de Bien-Etre qui sinon vous parviendrait pleinement. C’est comme si votre Système de Guidage était en train de vous dire : Voilà, tu recommences ; voilà tu recommences ; voilà, tu recommences. Cette émotion négative signifie que tu es en train d’attirer ce dont tu ne veux pas. Bon nombre de personnes ignorent leur Sytème de Guidage en tolérant des émotions négatives, et ce faisant, ils se refusent le bénéfice de leur Guidage qui leur parvient depuis leur Perspective plus Ample. Mais une fois que la vie vous a aidé à identifier que vous vouliez quelque chose, vous ne pourrez plus jamais regarder le contraire de cette chose, ou son manque, sans éprouver d’émotion négative. Une fois qu’un désir est né en vous, vous devez regarder ce désir si vous voulez vous sentir bien. Et la raison à cela est que vous ne pouvez pas faire marche arrière et devenir moins que ce que la vie vous a fait devenir. Une fois que vous identifiez un désir de bonne santé, ou une condition physique spécifique, vous ne serez plus jamais capable de vous concentrer sur le manque de cela sans éprouver d’émotion négative. A chaque fois que vous éprouvez une émotion négative, arrêtez-vous de faire ce que vous êtes en train de faire ou de penser et dites « Qu’est-ce que je veux ? ». Et ensuite, parce que vous aurez tourné votre attention vers ce que vous voulez, l’émotion négative sera remplacée par un sentiment positif, l’attraction négative sera remplacée par une attraction positive et vous serez de nouveau sur la bonne voie.

Cet extrait est tiré de l’Argent et la Loi de l’Attraction à paraître en français aux éditions  Guy trédaniel  

Tous les enseignements d’Abraham dont je me fais le passeur sont la propriété intellectuelle d’Esther et Jerry Hicks www.abraham-hicks.com

h1

Doctor Raichura

10 février 2009

 

             Au bout de la première discussion, ma camarade de chambre qui par un hasard fou de la vie ( vous avez compris qu’il n’y en a pas, mais quand même, c’est l’expression que j’ai inventée qui veut ça) portait le même prénom que moi, me parla d’un docteur un peu particulier de l’Ashram qui travaillait dans un endroit appelé La Clinique Nous nous sommes donc inscrites pour aller voir ce docteur; en ce qui me concerne, surtout par désir de le voir et non par envie de guérir quoi que ce soit.

           Nous avons attendu dans sa salle d’attente. Ce fut à mon tour. « Leave your footwear outside » me dit-il de derrière la porte battante. Je trouvai un bel homme d’une soixantaine d’années – je sus plus tard qu’il avait en réalité soixante-quinze ans- aux traits extrêmement doux, et à la peau de belle qualité. Au moment où je suis rentrée mon coeur a ralenti son rythme et la Paix est entrée en moi. Toutes les peurs s’étaient envolées au contact de cet homme suave.

dsc04931

A peine me vit-il , qu’il commença à noter des choses sur son cahier à la date du 22 février, jour présumé de la naissance de mon Frédéric Chopin. (Présumé parce que sa mère avait fait une fausse déclaration pour ne pas avoir à payer de taxe de retard). Il me demanda ce qui m’amenait. Ne pouvant répondre l’émerveillement et la curiosité, je lui répondis que j’avais un problème au genou droit, dont je ne savais plus que faire, car rien n’apparaissait à l’analyse. Cela faisait un an qu’il me gênait. On avait fini par penser qu’il s’agissait d’une entorse et A, m’avait prescrit des exercices, mais l’état de mon genou s’était empiré avec la pratique d’un asana en particulier; cet asana consistait à s’asseoir à l’intérieur des deux genoux; cela amplifia mon malaise. Je lui expliquai qu’il s’agissait probablement d’un problème de ligament. Il m’écouta attentivement tout en m’observant avec douceur, précision et silence.

Read the rest of this entry ?