h1

Les enseignements d’Abraham (Esther et Jerry Hicks) La Princesse de Clèves et Madame Bovary et l’art de permettre

30 avril 2008

La phrase clef d’Abraham est :

 le pouvoir n’est pas dans le vouloir, le pouvoir est dans le permettre.

La Princessse de Clèves et Madame Bovary sont les parfaits exemples de cet aphorisme. L’une veut le Duc de Nemours et la vertu et l’honneur social ; quant à l’autre elle veut une histoire d’amour qui la passionne. Toutes les deux vivent une expérience de contraste entre ce qu’elles ont et ce qu’elles veulent. Autrement dit il est donné à chacune l’occasion de grandir. Elles sont responsables de l’expansion de l’Univers qui se fait à travers elles.

  • La Princesse de Clèves championne toutes catégories du rafting en amont

La Princesse de Cleves s’acharne à naviguer à contre courant (cf mon article La Parabole de la rivière  ); tout lui est donné et elle ne prend pas et finit par mourir jeune, veuve, frustrée et, vertueuse peut-être selon un morale judéochrétienne. Mais me direz-vous elle a un mari. En effet, mais souvenons-nous que « les obstacles sont causés uniquement par la résistance« . Si elle était libéré de ses résistances, elle n’aurait pas de mari. Le mari est la concrétisation de ses résistances; en effet, si tout ce qui existe existe d’abord à un niveau vibratoire, alors le mari est une création de la Princesse de Clèves. Il existe en amont de la rivière et le Duc, en aval. La preuve en est qu’étant veuve elle aurait pu profiter de son amour pour le Duc de Nemours… mais il ne peuvent pas se rencontrer puisqu’elle navigue à contre courant. Une fois la Princesse décédée, le Duc continue non seulement à vivre mais à passer à autre chose qui se trouve en aval et qui correspond à ce qu’il est devenu par son expérience -ou plutôt l’absence d’expérience-avec la Princesse.

  • Madame Bovary « je veux, je n’ai pas »

Quant à Madame Bovary, « éternelle insatisfaite » qui finit elle aussi par mourir de peine, (normal rien de ce qui est bon ne peut s’accomplir en l’absence de joie)… elle vit une situation de contraste entre ce qu’elle veut et ce qu’elle a (jusque là tout va bien, elle peut participer à l’expansion de l’Univers). Précisons que pour Abraham l’éternelle insatisfaction est bonne, c’est pourquoi elle n’est pas appellée éternelle insatisfaction mais situation de contraste. Ils ajoutent en outre, qu’il n’y a rien de mauvais à être satisfait avec ce que l’on a, simplement ils n’ont jamais vu quelqu’un qui le soit, parce qu’alors l’expansion de l’Univers cesserait, et c’est là la seule chose impossible de l’Univers qui est un Univers d’abondance par essence dans lequel il n’est pas de carence.

Madame Bovary satisfait ses désirs, mais elle est prise dans l’engrenage de la société dans laquelle elle vit. Pour Abraham, les obstacles sont causés uniquement par la résistance, et par ailleurs la Loi de l’Attraction apporte toujours une manifestation physique en adécquation avec nos vibrations. Ce sont ses vibrations qui lui attirent une telle société. Sans elles, soit elle aurait choisi pour s’incarner un autre auteur que Flaubert, par exemple Esther et Jerry Hicks, ou alors la société n’aurait rien à voir dans sa vie. D’ailleurs si on lit de plus près on s’aperçoit que c’est le cas, la société n’a rien à voir dans sa vie. Ce n’est pas ce bon gros Charles qui la quitterait parce qu’il est cocu, encore faudrait il qu’il le sût! Lui, il navigue doucement en aval mais sa femme se trouve déjà plus en aval que lui… donc au moment où ils se retrouvent sur la rivière, lui avançant doucement vers l’aval et elle raftant à fond à contre courant, elle prend de l’asenic (oui parce qu’on ne devient pas championne de rafting à contre courant sans être dopéé)… et hop elle en meurt et ainsi redescend la rivière dans le sens du courant. Pauvre Charles… il aurait mieux fait d’apprendre par coeur Abraham au lieu de ses livres de médecine.

 Madame Bovary joue le jeu de la vie ainsi « je veux, je n’ai pas« , et c’est ainsi qu’elle navigue elle aussi à contre- courant…elle qui était pourtant si bien engagée et qui avait placé sa barque plus en aval que les autres…

Or nous le savons, « il n’y a rien que nous ne puissions être, faire ou avoir » ( in Ask and it is Given, Abraham Hicks) Il suffirait qu’elle joue plutôt simplement la carte du » je veux, et j’ai, je veux et j’ai je veux et j’ai » ( in the Astonishing Power of Emotions, Abraham Hicks). En ce centrant sur ce qu’elle n’a pas au lieu de se centrer sur ce qu’elle veut, l’Univers lui donne davantage de cela, à savoir, ne pas avoir. « L’Univers ne répond pas à ce que nous faisons, mais à comment nous nous sentons lorsque nous le faisons » (sic). Par ailleurs ses émotions, la culpabilité et la frustration sont tout en bas de l’échelle émotionnelle, c’est à dire en amont de la rivière à l’endroit de la résistance… d’où les obstacles…C’est ainsi qu’elle perd ses amants les uns après les autres. Car eux étant ce qu’elle veut se trouvent nécessairement en aval, car « rien de ce que l’on veut n’est en amont » (sic). Personne n’a envie d’être avec une personne qui s’acharne à vous dire lorsque vous êtes avec elle:  » oui mais t’es jamais là » ou « c’est à c’te heure-ci que t’arrives »… mais ça Flaubert a omis volontairement de l’écrire, parce que ça collait pas trop avec son style….

Cet art s’appelle l’art de permettre, c’est à dire l’art de permettre à la pleine manifestation de ce qu’on est de s’exprimer.

La permission est en haut de l’échelle émotionnelle, aux côtés de l’amour, la gratitude, le pouvoir et la liberté. A l’autre extrême se trouvent la dépression la peur. C’est l’endroit de la résistance.

There is great love here for you ( Abraham-Esther Hicks)

Tous les enseignements d’Abraham dont je ne me fais ici que le passeur, sont la propriété intellectuelle d’Esther et Jerry Hicks à qui je tiens à témoigner ici ma très grande reconnaissance

Je souhaite simplement rendre compte ici de la manière dont certains mystères ont été élucidés pour moi gràce à ses précieux enseignements. Mes mots sont moins puissants que ceux d’Esther et ils s’agit de ce que j’ai compris à ces enseignements. Comme ils sont très riches j’encourage ceux qui comprennent l’anglais à regarder de plus près leurs enseignements sur leur site web www.abraham-hicks.com

Publicités

2 commentaires

  1. génial ton site
    Bises


  2. merci beaucoup

    Eva



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :