h1

Sur Crime et Châtiment : avis des spectateurs

11 décembre 2007

Voici quelques paroles de spectateurs sur le spectacle de Gintaras Varnas, au théâtre des Gémeaux…

« Enfin, hier,  nous en avons donc profité pour aller voir la pièce aux Gémeaux.  E. et moi avons été absolument ravis …le mot est faible…Nous avons été très, très touchés par ce spectacle…et aujourd’hui, un petit coin de ma tête continue à y penser en permanence.Le jeune acteur est absolument bouleversant et impressionnant.Il fait passer absolument tt ce qu’il veut….et quelle énergie !!! Nous étions allés voir « Roméo et Juliette » à Chatillon et à Aubervilliers…avec 2 Roméo différents. Etait-ce lui qui était à Chatillon? .Voilà, ce genre de soirée illumine la vie pendant encore de longs moments…et rend le quotidien un peu moins quotidien…c’est arrivé au bon moment!!! Connaissez-vous ,par hasard ,leurs autres lieux de tournée…Je voudrais pouvoir prévenir nos amis, si par hasard,ils ont la chance de se trouver dans une des villes où la pièce va se jouer. En écoutant un peu les réactions des spectateurs à la fin du spectacle, ce qui revenait le plus, c’était la surprise, de toute évidence, les gens « ne s’attendaient pas du tout à ça » ( Nous étions moins surpris qu’eux , comme ns avions vu Roméo et Juliette et Le Maître et Marguerite) .J’ai trouvé regrettable que le critique de Télérama n’évoque pas plus que cela la performance de l’acteur principal… »

Dan P. Professeur de Français

« Le spectacle était magnifique. j’avais la chair de poule et les larmes aux yeux, on est totalement pris dans l’Univers de Dostoievski. »

Julie L. Professeur agrégée d’espagnol

« Après avoir assisté au spectacle de Varnas dimanche, je dois t’adresser un grand reproche : moi qui suis allé à l’Athénée hier soir (voir une pièce de Neil Simon) et qui passe un grand nombre de mes soirées au théâtre, je suis condamné à m’y ennuyer encore plus qu’auparavant ; tous ces spectacles me paraîtront bien insipides à côté de Crime et châtiment.
Tu pourras également engueuler Varnas de ma part : dis-lui bien que c’est cruel de sa part que d’attester à la face du public parisien le manque de génie de 99% des spectacles auxquels il assiste. Personnellement, je trouve ça au-dessus du Roi Lear de Nanterre, qui est déjà en soi remarquable et qui sera sans doute la meilleure mise en scène française de la saison.
Crime demeure ce que j’ai vu de réellement magistral, avec le Tête d’Or d’Anne Delbée (qui avait réussi le miracle de porter le texte de Claudel à son évidence). »
Enfin, tout cela est bien compréhensible : Shakespeare, Dostoïevski, Claudel… Réjouissons-nous que ce ne soit que le génie qui puisse inspirer de si grandes mises en scène.

Sébastien M.  Agrégé et Docteur ès  lettres

« Je suis allée voir le spectacle, avec d’autant plus de curiosité que Crimes et Chatîments est un de mes livres préférés. Ce travail m’a beaucoup intéressée, même si j’ai eu du mal, en raison de la barrière de la langue, à m’échapper du roman pour capter les nuances et l’émotion dans le jeu des comédiens. Quoi qu’il en soit, une très belle expérience, encore merci pour cette découverte. Depuis longtemps, je souhaitais assister à de la « life movie », et j’en ai eu un très bel aperçu. »

Aurore E. Comédienne  et Docteur ès lettres

« C’est invraisemblable. Quand on dit aux gens “ce soir, je vais voir Crime et Châtiment au théâtre”, ils croient que vous vous êtes trompés. Et il y a de quoi, parce que c’est impressionant. Je me souviens du sentiment de malaise qui m’avait habitée durant les 600 pages de lecture du bouquin. Et Varnas réussit ce tour de force de 1/concentrer les 600 pages en moins de 4h 2/recréer sur scène l’atmosphère de malaise qui se dégage des pages au fil de la lecture.
Je veux surtout saluer la performance (et c’est vraiment une performance) de l’acteur qui joue Raskolnikov, Gytis Ivanauskas. Magnifique tout simplement : d’abord parce qu’il a probablement la tête que Dostoïevski avait imaginé pour son personnage. Ensuite, parce que le personnage en question habite le corps de l’acteur du bout des cheveux au bout des orteils, dans les expressions (qu’on a la chance de voir de près grâce à la caméra placée au centre de la scène), dans la démarche, et les gestes hésitants, effrayés, incertains. Vraiment, il in-carne le personnage.
Pour ce qui est de la mise en scène, comme il est expliqué dans votre article, les spectateurs sont placés là où, normalement, devrait se trouver la scène. Nous ne sommes plus spectateurs des errances de Raskolnikov, nous devenons partie intégrante de son drame, face aux morts (placés dans les vrais gradins) qui nous observent à leur tour.
J’ai trouvé également géniale, l’idée du canapé roulant qui se déplace de gauche à droite et de droite à gauche tout au long de la pièce, et qui illustre selon moi les va-et-vient de l’anti-héros. Entre culpabilité et auto-justification, il hésite et balance.
Grande mise en scène donc, haute en symboles, portée par un Raskolnikov qui n’aurait pu être joué par quelqu’un d’autre que Gytis Ivanauskas. Parfait. Le théâtre français a du souci à se faire. »

Yasmina G. Journaliste et auteur d’un blog sur le Cinéma Israelien

« Ayant eu la chance d’assister à la première, je n’ai vraiment pas été déçu et le spectacle a dépassé les espoirs que ton article avait éveillés chez moi ! L’acteur principal (Gytis Ivanauskas) est tout simplement hallucinant et parfait pour le rôle de Raskolnikov, à bouger, se plier, se torturer, changer d’expression tout le temps, passant de la souffrance à l’orgueil, de la rage à l’abandon. Tous les autres personnages étaient aussi parfaitement interprétés. Quant à la mise en scène, outre tout ce que tu avais déjà noté dans ton article, j’ai adoré les barres (parallèles puis en escalier) dans lesquelles se tordait Raskolnikov, entre la toile d’araignée, les méandres de sa folie, les cheveux où se cachent les poux, ou encore l’étage supérieur aux autres humains sur lequel il évolue (ou croit évoluer).
Il se passait tellement de choses sur scène qu’on ne savait plus où donner de la tête… d’autant qu’on avait du mal à lire les sur-titres, mais ce problème technique était vraiment le seul point négatif de la soirée de vendredi. Bravo au metteur en scène et à tous les acteurs ! »

Quentin S. Etudiant à Sciences Po Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :